FÉCAMP-FESTIF - Les Salles de Spectacle et de Réunion
 
   
     Essai de reconstitution de la salle, d'après une photo contemporaine de Fécamp-Festif      
  Page créée le 24.10.2015
 
    
 
     Pose de la première pierre le 25 novembre 1883 – Inauguration, le 8 juin 1884:

     10 juin 1884 :

 
     Dimanche a eu lieu à Fécamp une intéressante cérémonie, il s’agissait d’inaugurer la salle dite du Val-aux-Clercs, construite en vue de fournir un local pour les conférences de la ligue de l’enseignement, pour les réunions publiques, pour la société musicale et les exercices de gymnastique.La municipalité républicaine avait organisé à cette occasion un banquet démocratique à 2 fr. 50 par tête.
 
                    Bas-relief, présent sur le fronton
     Dans l’enceinte, se trouvaient 460 convives ; sur la scène trois tables contenaient 70 invités au milieu desquels on remarquait M. Paul Casimir Perier, député, M. Léon Grenier, sous-préfet du Havre, 
M. Jules Siegfried, maire du Havre, M. Guerrand, conseiller général, plusieurs maires des communes voisines, et un grand nombre de notabilités républicaines.

     A l’heure des toasts, M. Paul Casimir Périer a pris la parole et prononcé un grand discours sur les questions locales et  générales. Son 
succès a été très vif, toute la salle écoutait avec respect le sympathique député de Fécamp.

     M. Leborgne, maire de Fécamp, a remercié, au nom de l’administration municipale.
Plusieurs autres discours ont été prononcés par M. le sous-préfet du Havre, M. Siegfried, M. Greeand, M. Diéterle, M. Lhonoré, M. Grindel, président des comités des ouvriers réunis, etc..
Source Journal de Rouen Archives Départementales de la Seine-Maritime    


     La Société de Secours Mutuel pour les Employés du Commerce. La “Fraternelle” constituée le 12 mars 1882, sous l’impulsion de 18 employés du commerce, y trouve une salle de réunions.
 
     - Le 25 janvier 1885: Une conférence de M. Lèbre avocat à Paris, est donnée pour la fête de la fraternelle puis une seconde le 31 janvier 1886,  toujours  pour la fête de la fraternelle,  le 13  juin de la même année voit la représentation d’une revue locale Fécamp sens-dessus-dessous.
 
     La Musique “Les Enfants de Fécamp”, tout comme le Cercle Amical Orphéonique qui deviendra en 1905 “La Symphonie Amicale”, une salle de répétions et de concerts. La Société de gymnastique “Bois-Rosé” peut également venir s’y entrainer et s'y produire.

      Cette salle connait dès son ouverure, une grande activité. pour les conférences, les réunions, (avec banquets à l’appui). Les concerts donnés par les musiques locales où invitées.

       Si une première revue y a été représentée peu de temps après son inauguration, il faudra attendre encore un peu plus de vingt années, pour connaitre une série, de revues locales. produite par des amateurs fécampois, appuyée de quelques professionnels ; la partie musicaleest assurée par la Symphonie Amicale placée sous la direction Ferdinand Moreau, puis de Lucien Verhaghen. C'est Adrien Constantin qui “ouvre la marche” avec :

 
Le 5 décembre 1909 : Première représentation de la revue locale « Fécamp Trotte » 
Le13 novembre 1910 : Première représentation de la revue locale : As-tu vu la comète ? 
Le 30 novembre 1913 : Première représentation de Fécamp-rataplan revue locale en trois actes et quatre tableaux
Le 18 avril 1920 : Première de la nouvelle revue de printemps de Fécamp-galope.
Le 21 avril 1921 : Première de la Revue Quand Fécamp s’amuse ! de Robert-Robert et Maurice Ally
Le 12 février 1922 : Première de la « Revue locale » De l’eau ! De leau ! 
Le 15 mars 1923 : Première de « l’Opérette-revue » Tout pour les dames !
Le 21 février 1924 : Première de la « Revue publique, drolatique et locale ».
Le 28 avril 1927: Première représentation de Tais-tè Menteux revue locale d’Ernest Lair et Marcel Gosselin

 
      Sur les 9 revues citées ci-dessus Adrien Constantin en produira 7.
 
      En 1923, la salle du Val-aux-Clercs est devenue, salle de La Chaumière. Les concerts, représentations théâtrales, conférences et autres manifestations populaires et culturelles, ont continué, le cinéma y a fait ses premiers pas, jusqu'à devenir l'activité principale de la salle.

 
RETOUR