FÉCAMP-FESTIF - Les GRANDS ÉVÉNEMENTS
André-Paul Leroux et l'ancien Musée en 2008 - Photos collection privée.
Page créée le 13 novembre 2017
    Journal de Fécamp 24 mars 1931

FÉCAMP A MAINTENANT UN MUSÉE DIGNE DE LUI
L’ancienne Propriété Robert, judicieusement aménagée ouvre ses portes au public.
 
     Ce n’était un secret pour personne à Fécamp, que depuis l’acquisition par la ville de l’ancienne propriété du Général Robert, les travaux pour aménager l’immeuble en musée étaient activement poussés sous l’habile direction de M. A.-P. Leroux.
Ces travaux sont terminés et maintenant notre ville possède un musée digne d’elle, de ses collections, et des nombreux artistes qui ne manqueront pas de les visiter.

     L’inauguration des salles de ce nouveau musée s’est faite d’une façon toute simple et charmante. Dimanche dernier, M. A.-P. Leroux en fit d’abord les honneurs à la municipalité de Fécamp, puis auprès des Amis du Vieux-Fécamp, à quelques invités et à la Presse.
Lorsqu’à 9 h. du matin nous, franchissons, le dernier, le vieux portail couronné de lierre de l’antique hôtel, un soleil printanier jette partout sa lumière et la vie.

     M. Couturier, maire de Fécamp arrive, entouré de ses adjoints, de la grande majorité des membres du conseil municipal, de son collègue d’Etretat, M. Lindon. M. A.-P. Leroux a voulu qu’à la cérémonie d’aujourd’hui soit associé le souvenir des Amis du Vieux-Fécamp morts pendant la guerre. Leurs noms demeureront gravés dans la cour d’honneur, sur une plaque commémorative, au pied de laquelle M. Leroux a fait déposer une magnifique gerbe de fleurs.
Conduit par M. Leroux, le conseil municipal fait la visite des salles, au nombre de seize. Il admire la façon ingénieuse, intelligente et artistique dont elles ont été aménagées, de manière à mettre en relief toutes les pièces qui sont la richesse du musée de Fécamp et à en faciliter la vue aux visiteurs.

     Aux collections et aux tableaux faisant déjà partie de l’ancien musée, et que nos lecteurs connaissent, sont venues s’adjoindre les collections du Vieux-Fécamp, de nombreux dons et des dépôts des particuliers, dont un très important fait par M. Leroux lui-même, le tout formant un ensemble vraiment remarquable, donnant au musée de Fécamp une physionomie personnelle qui le distingue des autres et fait son originalité.


    “On y remarque de belles toiles, des sculptures et des tableaux d’artistes de la région. Il contient des collections diverses : Céramiques de Rouen, de Delft, etc., pierres précieuses, objets romans, gallo-romains et mérovingiens ; préhistoriques, silex taillés, géologie, armes, monnaies, calendriers. Modèles de bateaux de pêche fécampoise. Cuisine normande, armoires cauchoises, anciens costumes. Documentation, iconographie sur l’ancienne abbaye de Fécamp. Plaque tombale en cuivre gravé XIVe siècle. Vase hispano-mauresque XVe siècle.”
Guide-indicateur de la Ville de Fécamp – 1949 - L. Durand et Fils, Imprimeurs Éditeurs.

     La visite terminée, et alors qu’on est réunis dans la belle salle normande, M. Couturier, en son nom personnel, au nom du Conseil Municipal, et de la population tout entière, remercie en termes chaleureux et unanimement applaudis, M. A.-P. Leroux de son dévouement et de son travail. Il l’assure du concours sans réserve de la municipalité.

     Après la visite du jardin, destiné à devenir un square délicieux, le Conseil Municipal se retire, non sans avoir renouvelé à M. Leroux ses plus vives félicitations.

     M. A.-P. Leroux reçoit maintenant les “Amis du Vieux-Fécamp”. Ceux-ci sont venus très nombreux. Nous remarquons dans l’assistance, MM. Malandain, Duménil, Ed. Rousseay, Mail, Hinfray, Fontaine, membres du bureau des Amis du Vieux-Fécamp ; MM. Camus, juge de paix ; Legros, président du Syndicat d’initiative ; le docteur Maupas ; Mauge architecte municipal ; Félix Predseil, Ernest Hariel, François Labbé, membres de la Chambre de Commerce etc… reconnu aussi les peintre fécampois Burel, Caniel, Laperdrix, Simonin, Nagel, Mme Guillermin, dont les œuvres ornent déjà la salle qui leur est réservée au nouveau Musée.

     Le “Journal de Fécamp”, le “Mémorial Cauchois” et “La feuille en 4” étaient représentés par leur Directeurs et Rédacteurs.
M. Leroux, malgré sa modestie, n’a pas pu qu’être touché des compliments qui ne lui furent pas ménagés, et qui tiraient toute leur valeur de l’assistance compétente et choisie qui les faisait.

     L’après-midi, une foule nombreuse, reçue par le gardien, déjà bien dans son rôle, a défilé dans les diverses salles et devant les différentes vitrines, ne cachant pas sa satisfaction.

     En terminant, nous exprimons le sentiment de tous, en disant que M. A.-P. Leroux a bien mérité de Fécamp.

Grâce aux éditions CAP, nous pouvons visionner quelques salles
 


                                                                                                                                                                                                                               RETOUR AUX MUSÉES