FECAMP FESTIF - La FÊTE DANS LA RUE - Les Cavalcades
Page créée le 19 décembre 2016 - Mises à jour : 7 mars 2017, 4 février 2018
 
     Journal de Rouen - On nous écrit de Fécamp 11 avril :

     Un temps splendide a favorisé hier notre cavalcade fécampoise ; organisée en moins de deux semaines, cette fête grâce au concours actif de la jeunesse et au zèle de son président, M. Avisse, conseiller municipal, a jeté la gaité dans notre population pendant une bonne partie de la journée.

      Il va sans dire que la composition du cortège avait été la principale préoccupation, et véritablement on a réussi à l’ordonner de telle sorte que les plus grandes villes ne l’eussent pas désavoué. Parmi les personnages allégoriques qui y figuraient, il convient de citer en première ligne le grand Tsien Tsin, docteur du céleste-Empire, qui dans le trajet, débitait à la foule des remèdes universels, avec un boniment à faire pâlir Mangin. Aussi la foule a-t-elle fait un succès particulier à notre facond charlatan.  

     Venaient ensuite une délégation de pompiers superbes d’indiscipline et d’ahurissement, une ménagerie drolatique, une harmonie tintamarresque, etc. Bref, toute une succession de personnages du plus curieux effet, sans parler bien entendu de la foule des cavaliers, pages, mousquetaires, gendarmes.

     Une mention spéciale est due aussi aux Calinos retour du Mont-Blanc, qui attiraient tous les regards par leur costume élégant et original, copié sur le modèle qui a eu tant de succès à Nice, au dernier carnaval.

     Le char de la musique, avec sa troupe de musiciens en pierrots, a été également très remarqué.

     Le soir, un bal très animé et comme on ne se rappelle pas en avoir vu à Fécamp, a eu lieu dans le Casino et a complété agréablement cette journée, bonne pour les pauvres, car la quête a été très fructueuse.

     Bref, c’est un succès complet pour les commissaires, MM. Vinet, Couillard, Milon fils, de Chanteloup, Palfray etc., qui ont montré tant de bon goût dans l’ordonnancement des mille détails de cette jolie fête.

 
                                    
                                                                                                                                                                                                                                                                 


     Sources : Journal de Rouen du 13 avril 1882, Archives départementales de la Seine-Maritime Quant au bandeau de haut de page, il n’est autre qu’un essai très libre de représentation d’une cavalcade à la fin du dix-neuvième siècle. Il fait cependant appel à des documents d’époque, de diverses origines : Photo de gauche : La place Thiers vue depuis l'église Saint-Etienne photo : Gaston Constantin 14.07.1889 – La place Thiers vers 1880 Origine inconnue  – Personnages de cavalcade extraits d’une gravure publiée dans le Petit-Journal – Gallica.